Le dépendant en chacun de nous : La vision inébranlable de Gabor Maté

30 août 2019
j

Auteur: iepra

Le dépendant en chacun de nous: La vision inébranlable de Gabor Maté

Au cours des dernières décennies, les attitudes populaires à l’égard des addictions ont subi une déstigmatisation radicale. Beaucoup attribuent le début de ce changement à l’ancienne première dame Betty Ford et à sa décision de rendre publique sa dépendance à l’alcool et aux opiacés peu après avoir quitté la Maison-Blanche. Elle n’avait pas été une nuisance publique ou un papillon de bar.

Elle n’avait jamais conduit en état d’ébriété, dit-elle, ou planqué des bouteilles pour pouvoir boire en secret quand elle était seule. Mais en s’attaquant ouvertement à ses problèmes et en devenant une ardente défenseure de la réadaptation par l’entremise de la Betty Ford Clinic (maintenant le Betty Ford Center), elle a contribué à changer le visage de la dépendance. La perception des dépendants comme des ivrognes et des drogués hors de contrôle a été remplacée par des images de célébrités glamour comme Liza Minelli, Mary Tyler Moore, et Elizabeth Taylor alors qu’elles entraient et quittaient Betty Ford. Pendant l’ouverture de la clinique Ford, un éducateur en counseling nommé Patrick Carnes terminait “Out of the Shadows”, un livre qui proposait qu’une activité sexuelle compulsive était une forme d’addiction et popularisait l’idée qu’une personne pouvait être dépendante d’une autre chose que des substances.

Pour aller plus loin : le workshop de Sue Beer et Emma Roberts

Cette formation a pour objectif de vous aider à trouver un nouveau sens à votre vie, tout en vous libérant de votre addiction grâce à l’EFT.

« Guérir le cœur accro – Apprendre à s’aimer »
Un atelier pratique et très expérimental
Démonstrations en face à face
Des travaux de groupe et des exercices en binôme.
Au cours de cette formation de 3 jours, nous explorerons et démontrerons des méthodes révolutionnaires pour guérir le cœur, l’esprit et le corps dépendants.
Ce travail associe l’EFT aux dernières recherches en neuroscience, à une vaste expérience de la PNL et à des approches psycho-spirituelles.
du 19 au 21 novembre 2019 à Bruxelles

Le concept de dépendance sexuelle de Carnes

Le concept de dépendance sexuelle de Carnes a fait des vagues dans la psyché populaire et parmi de nombreux professionnels de la santé mentale, et il a donné naissance à des traitements qui ont été influencés par des programmes en 12 étapes dans tout le pays. Au cours des décennies qui ont suivi, l’étiquette de la dépendance s’est gonflée dans l’usage courant pour inclure une liste de comportements tels que la suralimentation, le jeu, le shopping, la kleptomanie, la sur-utilisation d’Internet et les jeux vidéos. Le concept d’abuser d’un comportement au point de créer une addiction a trouvé un écho dans le grand public, même si de nombreux professionnels de la santé mentale en ont compris les implications.

Débat sur la notion des addictions

Lorsque le DSM-5 a inclus le trouble du jeu de hasard sous une nouvelle rubrique sur la dépendance qui étendait le surnom aux comportements, Allen Francis, président du DSM-IV, s’y est fortement opposé et a conseillé aux cliniciens de rejeter le changement diagnostique, écrivant dans The Huffington Post que ” si on allait au-delà de son usage le plus étroit, la ” dépendance comportementale ” élargirait la définition du trouble mental à son point de rupture et menacerait de détruire le concept de normalité “. Aujourd’hui, alors que se poursuit le débat sur la sagesse d’élargir nos notions de ce qui constitue l’addiction, l’un des porte-parole les plus éloquents et les plus influents de cette conception plus large est un médecin canadien charismatique et obsédant nommé Gabor Maté.

Autant critique sociale que clinicien, Maté est l’auteur de “In the Realm of Hungry Ghosts”, un best-seller sur les addictions. Son exposé TED sur “Le pouvoir de la dépendance et la dépendance du pouvoir” a été vu près de 700 000 fois. Il insiste sur le fait que les schémas de comportement addictifs sont enracinés dans l’aliénation et la souffrance émotionnelle qui sont inséparables des cultures capitalistes occidentales qui, en favorisant l’effort et l’acquisition plutôt que le fait de se remarquer et de prendre soin les uns des autres, aboutissent à des enfants et à des familles trop souvent traumatisantes et sans espoir de changement. Il soutient que plus nos premières années sont stressantes, plus nous sommes susceptibles de devenir dépendants plus tard pour remplacer l’éducation et les liens que nous n’avons jamais reçus.

Gabor Maté est une figure marquante

Avec ses boucles rebelles, ses yeux lourdement capuchonnés et la concavité Mick Jagger de son cadre fin, Maté est une figure marquante sur le circuit des ateliers alors qu’il met son public au défi de demander non pas ce qui ne va pas avec la dépendance, mais ce qui est bien avec elle. Qu’est-ce que le dépendant en retire qui fait que son addiction vaut le prix qu’il paie ? Pourquoi la qualité d’amélioration d’un comportement ou d’un high est-elle si nécessaire pour tant de personnes ? Si les dépendants ne peuvent trouver la paix et le contrôle que lorsqu’ils consomment, quel inconfort angoissant doivent-ils ressentir lorsqu’ils ne le font pas ? Maté a appris à soigner les toxicodépendants endurcis du Downtown Eastside de Vancouver, qui compte l’une des plus fortes concentrations d’utilisateurs de drogue actifs en Amérique du Nord, et il en sait beaucoup sur les addictions.

Son ancien employeur, la Portland Hotel Society (PHS), est connu pour son traitement permissif controversé, qui aide les toxicodépendants à s’en sortir en leur fournissant nourriture, abri et soins de santé pendant qu’ils en consomment activement. Le service le plus radical de PHS est une clinique appelée InSite, qui va un peu plus loin que l’échange de seringues propres et aide les utilisateurs de drogue par injection à se piquer en toute sécurité. Elle distribue des pipes à crack pour 25 cents dans ses distributeurs automatiques afin de réduire la propagation des maladies. Une partie de l’attrait de Maté réside dans sa volonté de parler de ses propres tendances en matière d’addictions et de son opinion que la plupart d’entre nous se situent quelque part dans le spectre de la dépendance. Il parle haut et fort d’être un bourreau de travail : qui est-il si ce n’est un médecin et un auteur et un conférencier en demande ? demande-t-il.

Une addiction qui “porte de jolis gants blancs”

Pendant des années, il a parlé librement de son incapacité à contrôler l’envie d’acheter des CD de musique classique, en parlant d’une addiction qui “porte de jolis gants blancs”. Il se place ouvertement sur un continuum de dépendance où il croit que les consommateurs compulsifs et les fanatiques de crack peuvent tous deux être localisés. Qu’il s’agisse de s’injecter des tranquillisants pour chevaux dans une ruelle pourrie, de s’évader en se fondant dans le monde fantastique et glorieux d’un jeu vidéo en ligne ou, dans le cas de Maté, de plonger de l’argent pour une série de concertos pour violon obscurs, le déni, l’envie, le plaisir temporaire, la chute – tout est là. La musique classique le passionne, dit-il, mais ce n’est pas l’écoute à laquelle il est accro : c’est le frisson momentané qu’il éprouve en l’achetant et en la possédant. Comme pour tout dépendant, c’est la libération qu’il recherche : cette poussée d’adrénaline quand la drogue est à portée de main (quand il s’approche de la porte du magasin de musique) et la brève fuite d’endorphine de liberté quand il a trouvé et payé pour ce qu’il veut. Mais il avoue qu’il a à peine quitté le magasin qu’il se fixe à nouveau sur son prochain achat.

Au plus fort de son addiction, Maté dépensait parfois des milliers de dollars en une semaine pour de la musique qu’il n’écoutait jamais. À un moment donné, il a laissé une mère en plein accouchement pour aller faire du shopping. Cherchant une réponse à sa servitude pour ce genre de comportement, il a assisté à des réunions des AA à Vancouver, devenant dépendant parmi les dépendants et étant parfois reconnu. Bien que l’addiction au shopping ait diminué, Maté est toujours aux prises avec son bourreau de travail.

Il est certain que ses addictions l’ont trahi, comme elles trahissent tous les dépendants qu’il connaît, mais il reconnaît que le traumatisme de son enfance renforce son esclavage envers eux. Né dans une famille juive de Budapest occupée par les nazis, il vivait dans un foyer rempli de peur. Son père a été contraint de travailler avec les bataillons juifs brutalement maltraités en Hongrie. Ses grands-parents maternels sont morts à Auschwitz. Une tante a disparu.

“Tout enfant traumatisé ne devient pas dépendant, chaque dépendant a été un enfant traumatisé”

Certains professionnels du traitement ont publiquement désapprouvé les déclarations de Maté au sujet des liens inévitables entre les addictions et les traumatismes, notamment sa déclaration selon laquelle ” tout enfant traumatisé ne devient pas dépendant, chaque dépendant a été un enfant traumatisé “. Et ils considèrent son désaccord avec le modèle biomédical actuel de la dépendance et son rejet catégorique d’une composante génétique comme mal informés et potentiellement dangereux.

Selon lui, il est trop facile d’ignorer les questions sociales et familiales épineuses qui sous-tendent le pouvoir de la dépendance en se concentrant sur un modèle de maladie. Qu’il ait raison au sujet des effets dévastateurs des traumatismes précoces ou qu’il soit allé si loin dans sa critique culturelle qu’il a perdu de vue la distinction entre la toxicomanie et d’autres types de troubles, il a clairement un don pour exprimer la souffrance et le désespoir des gens pris dans l’étau des pulsions intérieures profondes, peu importe leur aspect innocent ou le caractère sombre et autodestructif qu’elles peuvent avoir. Son travail nous oblige à regarder de près le sens du vide et l’échec de la recherche de sens qui caractérisent notre époque hyperstimulante. Dans l’entrevue qui suit, Maté explore le sens des addictions et la façon dont il a tenté de composer avec les démons intérieurs dans sa propre vie.

 

PSYCHOTHERAPY NETWORKER :

Commençons par parler de votre vision des addictions. Vous avez écrit que “toute passion peut devenir une addiction.” Qu’est-ce que vous voulez dire par là ?

GABOR MATÉ : La dépendance est un processus psychophysiologique complexe, mais qui comporte quelques éléments clés. Je dirais qu’une dépendance se manifeste dans tout comportement dans lequel une personne trouve un plaisir ou un soulagement temporaire et, par conséquent, a soif, souffre de conséquences négatives et a de la difficulté à abandonner. Il y a donc une soif, un soulagement et un plaisir à court terme, et des résultats négatifs à long terme, ainsi qu’une incapacité d’y renoncer. C’est ça, la dépendance. Notez que cette définition ne dit rien sur les substances. Bien que la dépendance soit souvent liée aux substances, elle peut être liée à n’importe quoi – à la religion, au sexe, au jeu, au shopping, à l’alimentation, à l’Internet, aux relations, au travail, même aux sports extrêmes. Le problème de la dépendance n’est pas l’activité externe, mais la relation interne avec elle. Ainsi, la passion d’une personne est la dépendance d’une autre.

Des fausses idées au sujet des addictions

PN : D’accord, mais tout le sujet des addictions est entouré d’une certaine controverse ces jours-ci. Selon vous, quelle est l’idée fausse la plus répandue au sujet des addictions ?

MATÉ : Eh bien, il y a un certain nombre de choses que les gens ne comprennent pas souvent. Beaucoup croient que les addictions sont soit un choix, soit une maladie héréditaire. Ce n’est ni l’un ni l’autre. Une dépendance a toujours un but dans la vie des gens : elle apporte du réconfort, une distraction de la douleur, un soulagement du stress. Si vous y regardez de plus près, vous constaterez toujours que la dépendance sert à quelque chose de valable. Bien sûr, il ne sert pas cet objectif efficacement, mais il sert un objectif valable.

PN : Beaucoup de gens croient que le terme dépendance est devenu trop vague. Quelle est la différence entre dire “j’ai une dépendance” et “j’ai de mauvaises habitudes qui me donnent satisfaction à court terme, mais qui ne me servent pas vraiment à long terme ?”

MATÉ : Le terme dépendance vient d’un mot latin pour une forme d’esclavage. Donc, si cela a des conséquences négatives, si vous avez perdu le contrôle, si vous en avez envie, si cela sert un but dans votre vie que vous ne savez pas comment rencontrer autrement, vous avez une dépendance.

PN : Certaines personnes critiquent le terme dépendance parce qu’elles croient qu’il médicalise et pathologise le comportement d’une manière qui n’est pas utile.

Je ne médicalise pas la dépendance. En fait, je dis le contraire de ce que l’American Society of Addiction Medicine affirme en définissant la dépendance comme un trouble cérébral primaire. À mon avis, une dépendance est une tentative de résoudre un problème de la vie, habituellement un problème de douleur émotionnelle ou de stress. Elle résulte d’un problème de vie non résolu pour lequel l’individu n’a pas de solution positive. Ce n’est que secondairement qu’il commence à agir comme une maladie.

PN : Qu’est-ce qu’on perd en pensant que les addictions sont de mauvaises habitudes ?

MATÉ : Il n’y a pas une compréhension complète de la dépendance. Disons qu’une personne a la mauvaise habitude de se curer le nez en public. C’est une mauvaise habitude, non ? Se gratter fréquemment les parties génitales pendant une conférence publique serait considéré comme une mauvaise habitude. Mais ni l’une ni l’autre de ces choses n’est une dépendance parce que personne n’a envie de les faire et qu’ils n’en tirent aucun plaisir particulier. Ce sont peut-être des comportements compulsifs, mais s’il n’y a pas d’envie ni d’incapacité à y renoncer, il n’y a pas de dépendance. Certaines mauvaises habitudes ne sont pas des addictions. Mais, par exemple, si quelqu’un ne peut pas arrêter d’avoir des aventures, malgré les conséquences négatives, ce n’est pas seulement une mauvaise habitude.

Le lien entre traumatisme et addictions

PN : La notion de traumatisme est étroitement liée à votre conception de la dépendance. Pourquoi est-ce que c’est comme ça ?

MATÉ : Si vous commencez par l’idée que la dépendance n’est pas une maladie primaire, mais une tentative de résoudre un problème, alors vous arrivez rapidement à la question : comment le problème s’est-il posé ? Si vous dites que votre dépendance apaise votre douleur émotionnelle, alors la question se pose de savoir d’où vient la douleur. Si la dépendance vous procure un sentiment de réconfort, comment votre inconfort s’est-il manifesté ? Si votre dépendance vous donne un sentiment de contrôle ou de pouvoir, pourquoi manquez-vous de contrôle, d’action et de pouvoir dans votre vie ? Si c’est parce que vous manquez un sentiment d’identité significatif, comment cela s’est-il produit ? Qu’est-ce qui vous est arrivé ? De là, nous devons remonter à votre enfance parce que c’est là que se trouvent le plus souvent les origines de la douleur émotionnelle ou de la perte de soi ou du manque d’action.

C’est juste un questionnement logique, étape par étape. Quel est le problème que vous essayez de résoudre ? Et ensuite, comment avez-vous développé ce problème ? Et puis, qu’est-ce qui vous est arrivé dans votre enfance pour que vous ayez ce problème ?

PN : Certaines personnes ont remis en question votre croyance que la dépendance est inévitablement liée au traumatisme. En examinant la recherche, ils disent que la plupart des dépendants n’ont pas été traumatisés et que la plupart des personnes traumatisées ne deviennent pas des dépendants.

La recherche montre que plus il y a de traumatismes, plus le risque de dépendance est grand

MATÉ : Alors ils ne se penchent pas sur la recherche. La plus grande étude de population a conclu que près des deux tiers de la consommation de drogues injectables peut être liée à l’abus et aux événements traumatisants de l’enfance. Et c’est d’après une définition relativement étroite du traumatisme. Je n’ai jamais dit que tous ceux qui sont traumatisés deviennent dépendants. Mais je dis que tous ceux qui deviennent dépendants ont été traumatisés. C’est une distinction importante. La dépendance n’est pas la seule conséquence d’un traumatisme. Si vous examinez l’étude Adverse Childhood Experiences Study, elle montre clairement que plus il y a de traumatismes, plus le risque de dépendance est grand, de façon exponentielle. Bien sûr, il y a des gens traumatisés qui ne deviennent pas dépendants. Vous savez ce qui leur arrive ? Ils développent une dépression ou de l’anxiété, ou ils développent une maladie auto-immune, ou un certain nombre d’autres résultats.

Ou s’ils ont la chance d’avoir assez de soutien dans la vie pour surmonter le traumatisme, ils pourraient ne rien développer du tout. Quand je donne mes conférences à travers le monde, il n’est pas rare que quelqu’un se lève et dise : “Eh bien, vous savez, j’ai eu une enfance parfaitement heureuse, et je suis devenu dépendant. Il me faut habituellement trois minutes d’une conversation avec une personne de ce genre pour situer le traumatisme dans son histoire en posant simplement quelques questions de base.

PN : Comme lesquelles ?

MATÉ : Parfois je demande si l’un des parents buvait et j’entends : “Oui, mon père était alcoolique.” À ce moment-là, tout le public est stupéfait parce que tout le monde dans la salle comprend qu’on ne peut pas avoir une enfance heureuse avec un père qui est alcoolique. Mais la personne ne peut pas le voir parce qu’elle a surmonté la douleur de tout cela en se dissociant et en dispersant son attention. Ils ont peut-être développé un trouble déficitaire de l’attention ou un autre problème sur le spectre dissociatif.

Ils ont coupé court à leurs émotions, et maintenant ils ne sont plus en contact avec la douleur qu’ils auraient éprouvée quand ils étaient enfants. C’est une évidence. Moins évidemment, je pourrais poser des questions sur le fait d’être victime d’intimidation. Et lorsqu’une personne dit : ” Oui, j’ai été victime d’intimidation quand j’étais enfant ” – ou qu’elle avait parfois peur, ou qu’elle était seule ou en détresse émotionnelle quand elle était enfant – je demande à qui elle a parlé de ces sentiments. La réponse est presque uniformément “personne”.

Et cela en soi est traumatisant pour un enfant sensible. Ainsi, le traumatisme peut être compris au sens des critères des Expériences négatives de l’enfance : violence psychologique, violence physique, violence sexuelle, décès d’un parent, emprisonnement d’un parent, maladie mentale d’un parent, violence dans la famille, négligence, divorce. Ou on peut le comprendre dans le sens d’un traumatisme relationnel. Cela signifie que vous n’avez pas besoin d’être frappé ou maltraité physiquement. Si les parents étaient stressés, angoissés ou distraits – si leur propre traumatisme les empêchait de s’accorder avec l’enfant – c’est suffisant pour créer le manque de Sentiment d’identité chez l’enfant.

Ou il suffit d’interférer avec le développement d’un sentiment sain de soi et avec le développement normal du cerveau lui-même. Ce point doit être souligné : la physiologie du cerveau se développe en interaction avec l’environnement, dont l’aspect le plus important, pour citer un article fondamental du Center on the Developing Child de l’Université Harvard, est la réactivité mutuelle des relations entre adultes et enfants.

Quelle est la différence entre la dépendance aux substances et la dépendance comportementale ?

PN : Récemment, de plus en plus d’attention est accordée à l’élargissement de notre conception de la dépendance afin d’inclure les dépendances comportementales. Quelle est la différence entre la dépendance aux substances et la dépendance comportementale ?

MATÉ : Voyons d’abord ce qui est similaire. Le modèle d’engagement compulsif dans le comportement dont on a envie, qui procure un plaisir ou un soulagement temporaire, mais dont on subit les conséquences négatives – c’est la même chose pour toutes les addictions. De plus, bon nombre des comportements qui entourent les deux types de dépendance, comme le déni, sont semblables. Ainsi, les bourreaux de travail nieront l’effet du bourreau de travail dans leur propre vie ou dans la vie des membres de leur famille. Il y aura souvent des subterfuges et de la malhonnêteté au sujet de la dépendance. Le dépendant sexuel ne va pas parler publiquement de sa dépendance, ni même la reconnaître.

La honte est le courant sous-jacent commun de l’addiction, quel que soit l’objet de l’addiction. L’autre chose qui est commune à toutes les addictions est liée aux circuits cérébraux. Je ne saurais trop insister là-dessus. Peu importe que l’on regarde le cerveau d’un féru de shopping ou d’un cocaïnomane : les mêmes circuits d’incitation et de motivation sont activés, et les mêmes substances chimiques cérébrales sont secrétées. Dans le cas du consommateur, du joueur ou de l’accro du sexe, c’est la dopamine. Si le dépendant sexuel était seulement après le sexe, la solution serait simple : épouser un autre addict sexuel. Ils pourraient avoir tout le sexe qu’ils veulent quand ils le veulent. Mais de quoi s’agit-il vraiment ? Il s’agit de la chasse, de la recherche, de l’excitation de la chasse.

Et cela a à voir avec les circuits d’incitation et de motivation du cerveau, le noyau accumbens et ses projections dans le cortex, et la disponibilité de dopamine, qui est aussi ce que la cocaïne et la méthamphétamine en cristaux, la nicotine et la caféine élèvent. Ce que je veux donc dire, c’est qu’au niveau des circuits biochimiques et cérébraux, il n’y a pas de différence entre les dépendances comportementales et les toxicomanies, ou plus exactement, seulement une différence quantitative et non qualitative. Tout cela a à voir avec les centres plaisir-récompense du cerveau, les circuits de soulagement de la douleur, les circuits d’incitation à la motivation et les circuits de régulation des impulsions. Vous savez que ce n’est pas bon pour vous, mais vous ne pouvez pas vous en empêcher. C’est la même chose dans toutes les addictions. Enfin, il y a la question de la mauvaise régulation du stress.

Lorsque vous demandez aux gens qui ont un comportement de dépendance, comme le jeu, le sexe ou le Shopping excessif, ce qui les a incités à rechuter après un certain temps, ils répondent généralement que quelque chose de stressant est arrivé – ce qui signifie que leurs propres circuits de régulation du stress ne sont pas complètement développés. Ils doivent essayer de le réglementer à l’extérieur. Et cela aussi, c’est un artefact des circonstances de l’enfance : ces circuits cruciaux ne se sont pas développés correctement faute de conditions adéquates.

Quelle est la différence entre la dépendance et le trouble obsessionnel-compulsif ?

PN : Quelle est la différence entre la dépendance et le trouble obsessionnel-compulsif ?

La personne ayant un trouble obsessionnel-compulsif est obligée d’adopter un certain comportement, mais trouve désagréable d’avoir à s’y adonner. Ce n’est pas de l’égosynthèse. La personne n’aime pas ça. Il n’y a pas de plaisir ni d’envie d’en prendre.

PN : Et leur cerveau est-il différent de celui d’une personne dépendante ? MATÉ : Pour vraiment répondre à cette question, il faudrait que je jette un coup d’œil à la recherche. Mais je soupçonne que, bien qu’il puisse y avoir certaines similitudes, les centres de récompense du plaisir ne sont pas activés chez la personne atteinte de TOC. Je pense que le trouble obsessionnel-compulsif est aussi enraciné dans le traumatisme, une manifestation différente de la dépendance, mais enracinée en elle néanmoins. Dans tous les cas, la différence entre le toxicomane et le soi-disant dépendant au comportement est que le toxicomane dépend d’une substance externe pour créer ce changement dans l’état de son cerveau, et le dépendant comportemental peut le faire simplement par son comportement.

PN : Dans vos livres, vous parlez beaucoup de votre propre dépendance comportementale à l’achat de musique classique, ce que vous appelez la ” forme délicatement blanche des gants ” de la dépendance comportementale. Pourriez-vous nous en parler un peu ?

“J’étais accro au shopping pour la musique classique”

MATÉ : Tout d’abord, j’apprécie que vous ayez vu la distinction. Je n’étais pas accro à la musique classique ; j’étais accro au shopping pour la musique classique. J’adore la musique classique, c’est une de mes passions. Mais si j’aimais juste la musique classique, je pourrais l’acheter et rester à la maison à l’écouter. Je n’aurais pas besoin de retourner au magasin pour en avoir de plus en plus. C’est le shopping qui m’a donné le coup de dopamine que je cherchais. Et puis, quand je ne le faisais pas, j’avais envie de me les procurer. Vous pouvez aimer la musique classique sans être accro au shopping pour la musique classique. C’est donc l’acquisition qui était vraiment la dépendance – le processus de la chasse, la poursuite, le frisson.

PN : Comment cette dépendance particulière a-t-elle pris racine dans votre vie ?

MATÉ : Il est intéressant de noter que cela a commencé lors d’un séminaire de thérapie auquel j’ai assisté en tant que participant. Ils jouaient certaines des sonates pour violon solo de Bach, que je ne connaissais pas et que j’adorais écouter. Et quelqu’un a dit : “Il y a un magasin de disques classique à quelques rues d’ici.” J’ai marché jusqu’à ce magasin, et j’étais accro.

J’ai commencé à acheter des disques, puis j’ai dû y retourner encore et encore. Puis des CD sont sortis, alors j’ai dû échanger tous mes disques contre des CD. J’étais perdu pendant des années. Une semaine, j’ai dépensé 8 000 $ pour des CD. Évidemment, il y a une raison pour laquelle la musique comptait tant pour moi. Qu’est-ce que je cherchais ? Je cherchais une signification spirituelle, une beauté esthétique, de la profondeur, un sentiment d’accomplissement. Toutes ces qualités manquaient dans ma vie. C’est donc ce que je cherchais à recevoir à travers la musique.

PN : Une qualité frappante de votre écriture est la façon dont vous vous divulguez. C’est quelque chose qui vous vient naturellement ?

MATÉ : Une fois qu’on a compris qu’il n’y a rien de personnel dans ces schémas, l’auto-divulgation est parfaitement naturelle. Comme le dit Eckhart Tolle, l’ego n’est pas personnel. Les manifestations émotionnelles et comportementales du traumatisme ne le sont pas non plus. Je n’ai donc pas honte de ce que j’écris dans ma vie personnelle. Parfois, les gens disent : “Comment pouvez-vous comparer votre dépendance et vous-même aux héroïnomanes, aux personnes infectées par le VIH et opprimées avec qui vous travaillez ?” Mais quand je parle à mes clients de mes propres habitudes de dépendance, ils rient et secouent la tête en disant : “Doc, je comprends. Vous êtes comme nous tous.” Ils ne rechignent pas et ne disent pas : “Comment pouvez-vous faire cette comparaison ?” Ils réalisent que j’ai vécu leur expérience. Les différences entre nous sont évidentes. Ce sont les similitudes qui sont intéressantes.

PN : Dans votre dernier livre, vous avez révélé que vous étiez toujours accro à l’achat de musique classique. Est-ce toujours vrai ?

MATÉ : Non, je ne le fais plus de façon compulsive. Je suis allé dans mon magasin de musique classique préféré peut-être deux fois cette année. Je n’ai acheté qu’un ou deux disques à chaque fois, et je n’y suis pas retourné pour en acheter plus. Je remarque que lorsque je suis déprimé ou stressé ou quelque chose comme ça, j’ai tendance à commencer à y penser. Mais je dirais certainement que je n’ai plus une relation de dépendance à l’achat de musique.

Qu’est-ce qui vous a finalement permis de surmonter votre dépendance ?

PN : Qu’est-ce qui vous a finalement permis de surmonter votre dépendance ?

MATÉ : J’ai enfin compris que j’ai toute cette belle musique à la maison qui pourrait m’occuper pendant très, très longtemps. J’en avais vraiment marre d’être cette personne qui était tellement esclave d’une habitude. Je crois que j’ai développé un certain dégoût pour ce besoin impuissant. J’ai compris d’où ça venait, mais c’était devenu plus un fléau qu’un avantage. Cela dit, je n’ai toujours pas résolu le problème de bourreau de travail dans ma vie. En fait, je dois m’en occuper maintenant, parce que cela crée des problèmes dans ma vie personnelle que je dois affronter.

Qui suis-je si je ne parle pas, si je ne fais pas de thérapie avec les gens, si je n’enseigne pas, si je n’anime pas de séminaires, si je ne contemple pas un autre livre ? Qui suis-je, point final ? Et cette question est au cœur de la lutte contre les dépendances. Qui êtes-vous vraiment ? Qui êtes-vous quand vous n’êtes pas dans cet état ? Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas résolu le problème de la dépendance dans ma vie en général. Il se pourrait donc que je l’aie déplacé davantage vers le travail.

PN : De toute évidence, dans votre propre vie, vous n’avez trouvé aucune solution magique au problème des addictions. Mais dans un domaine plus vaste, que comprenons-nous aujourd’hui du traitement de la dépendance que nous ne connaissions pas il y a 10 ou 20 ans ?

MATÉ : Je dirais que dans ma propre vie, j’ai trouvé plus que quelques solutions. Ce qui m’intéresse maintenant, c’est d’acquérir une présence à un niveau plus élevé et d’anticiper des possibilités plus larges qu’auparavant. En même temps, vous avez tout à fait raison. Je ne connais pas de solution magique. Le travail se poursuit. Tout ce que nous savons sur les progrès du traitement de la dépendance découle de notre compréhension du traumatisme.

Les gens pensent souvent que les traumatismes sont les mauvaises choses qui arrivent à quelqu’un : genre le fait d’avoir été victime de violence sexuelle, d’avoir été battu, d’avoir été abandonné ou d’avoir perdu vos parents, ou quelque chose comme ça. Mais le traumatisme est l’impact interne, qui est fondamentalement une déconnexion de soi et de notre corps et de nos sentiments intestinaux. Et le traumatisme est l’inconfort, l’incapacité d’être dans le moment présent parce que le moment présent est trop douloureux.

Si, comme je l’affirme, la dépendance est enracinée dans le traumatisme, alors le traitement de la dépendance doit viser plus que le simple arrêt du comportement. C’est là que le traitement de la dépendance s’effondre si misérablement. Trop souvent, tout cela vise à réglementer ou à réformer le comportement, en pensant que si les gens cessent de se comporter ainsi, ils s’en sortiront.

Non, ce n’est pas le cas et ils ne seront pas tout à fait d’accord tant qu’ils ne se seront pas penchés sur les questions fondamentales. Le traitement ne doit donc viser rien de moins que la restauration de l’individu à lui-même et à sa capacité d’être avec le moment présent, que le moment présent soit agréable ou non. C’est ce qui manque trop souvent dans le traitement de la dépendance.

PN : Existe-t-il des preuves que nos approches thérapeutiques actuelles sont beaucoup plus efficaces qu’elles ne l’étaient auparavant pour résoudre les problèmes de dépendance ?

MATÉ : Non. Notre taux d’échec, le taux de rechute, est misérable. Le problème, c’est que la plupart des programmes de traitement de la dépendance n’ont pas une perspective éclairée par le traumatisme – ce qui signifie que, dans la plupart des cas, les données de recherche sur lesquelles ils s’appuient sont fondées sur de fausses hypothèses. En ce qui concerne le travail en traumatologie, par exemple, si vous prenez l’exemple spécifique de l’EMDR, il y a de très bons résultats qui montrent qu’il aide à résoudre les empreintes traumatiques, pas chez tout le monde, mais chez un grand nombre de personnes. Mais beaucoup de recherches ignorent les traumatismes.

Quoi qu’il en soit, il n’existe pas de méthode universelle, mais toute méthode qui vaut son pesant d’or doit être adaptée aux traumatismes. Et la base du succès de toute méthode, qu’il s’agisse des thérapies par la parole, du travail somatique, de l’EMDR, de l’EFT, de la modification du comportement, de quoi que ce soit, doit être la qualité, le fondement compassionnel de la relation thérapeutique, ou ce que l’on appelle justement l’alliance thérapeutique.

PN : Quels conseils donneriez-vous aux thérapeutes qui tentent d’aider les gens à changer leur relation avec leurs appareils numériques ?

MATÉ : Beaucoup de gens utilisent Internet pour répondre à leurs besoins en matière d’attachement. Donc sur Facebook, que recherchent les gens ? Ils ont des “amis”, ils “se like”. Ce sont des dynamiques d’attachement. Et la dépendance en général est enracinée dans des attachements perturbés en premier lieu. Donc, que les gens utilisent Internet pour échapper à leur vide, à l’ennui, à la solitude, à la douleur émotionnelle, au manque de sens ou au manque de connexion avec les autres, il y aura bien sûr une dépendance à Internet.

Ce n’est pas nouveau, c’est juste un nouveau débouché pour la même dynamique. La réalité, c’est qu’au lieu de connecter les gens par Internet, ce qu’il pourrait faire, il les isole souvent encore plus. Une fois de plus, nous devons donc nous demander ce que l’activité numérique compulsive fait pour vous. Qu’est-ce qui vous satisfait dans l’instant présent?

Et comment perdre ce sentiment d’excitation avec la vie elle-même, ce sentiment de connexion, que l’appareil vous promet (faussement) ? De quoi et pourquoi avez-vous besoin de vous distraire ? Bref, quel traumatisme voulez-vous apaiser ou fuir ?

Rich Simon, PhD, est rédacteur en chef de Psychotherapy Networker. Lauren Docket est rédactrice principale pour le Networker. Dites-nous ce que vous pensez de cet article en envoyant un courriel à letters@psychnetworker.org Vous voulez gagner des heures de formation continue pour les avoir lues ? Visitez notre site Web et répondez au questionnaire Networker CE Quiz.

 

Traduction de l’article https://www.psychotherapynetworker.org/magazine/article/1102/the-addict-in-all-of-us

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi les articles suivants

restez informés de nos publications et informations

Abonnez-vous à notre newsletter

Share This