Plongée au cœur de l’hypersensibilité…

12 mai 2021
j

Auteur: Blog iepra

Alerte, mon cerveau est en 5 G ! 

« Je me sens dysfonctionnelle, débordée, déstructurée. J’ai du mal à me concentrer. Je ne sais plus ce qui est à moi, ce qui est à l’autre. Je me sens envahie ou au contraire hautement blindée. »

Si vous ressentez régulièrement ces pensées, il y a de fortes chances que vous fassiez partie des personnes à haute sensibilité, haut potentiel ou que vous présentiez un TDAH (Trouble de Déficit de l’Attention avec Hyperactivité).

Dans ce cas, vous êtes une personne à Haute Capacité de Perception (HCP), c’est-à-dire que vous disposez d’une structure énergétique qui a beaucoup de puissance dans l’hyperconnectivité et hyperinformation.

En bref, vous êtes comme un système humain en 5G !

Mais cette ultrapuissance et cette connectivité ont leurs revers !

Les personnes HCP peuvent souffrir de fatigue, de burnout ou tout simplement se sentir dysfonctionnelles alors que leur corps manifeste seulement une forte sensibilité et le besoin d’être pris en compte.

Elles ont besoin d’une approche spécifique pour réguler plus efficacement leurs émotions et retrouver la vibration personnelle qui correspond à leur être.

 

1) Mais qui sont ces personnes dites « atypiques » (haut potentiel)  ?

Les personnes atypiques sont de plus en plus étudiées et décrites dans la littérature scientifique, mais aussi dans les ouvrages de développement personnel destinés à tous.

Cet intérêt provient du nombre croissant de personnes présentant des « dysfonctionnalités » dans leur vie quotidienne, qu’il s’agisse d’enfants dans le milieu scolaire et / ou familial ou d’adultes. Des profils comme HPI (Haut Potentiel Intellectuel, basé sur le QI), TDAH (Trouble de Déficit de l’Attention avec Hyperactivité), les dyscalculies, dyslexies, etc., mais aussi des profils plus récents comme HSP (Highly Sensitive Person), ou encore des dénominations comme zèbre, empathie, atypique fleurissent.

Bien sûr, certaines personnes se retrouvant dans ces profils peuvent être / se sentir plutôt bien adaptées à la vie dans nos sociétés, ou être assez protégées, blindées, jusqu’à ce qu’un déséquilibre se produise dans leur vie familiale ou professionnelle (stress, burnout, dépression, crise d’identité…). À ce moment-là, tout s’enflamme et l’on ne sait plus où on en est.

Plusieurs raisons peuvent expliquer l’apparition de ces profils :

  • des facteurs familiaux comme un attachement insécure pendant l’enfance (des séparations liées à des problèmes de santé de la mère et / ou du bébé à la naissance, le fait d’être non désiré, un climat de violence, de maltraitance, un manque de disponibilité physique et / ou psychique des parents pour l’écoute des besoins du bébé et de l’enfant…) ou des aspects héréditaires et transgénérationnels ;
  • des facteurs comportementaux comme le haut débit d’informations et de stimulations lié à l’avènement de l’internet et de l’hyperconnectivité incluant un monde en accélération (les temps « morts » n’existent quasi plus, car ils sont occupés par des distractions et occupations grâce à tous nos médias de connexion) ;
  • des facteurs énergétiques comme une sorte de mutation des âmes et des êtres psychiques qui s’incarnent avec une énergie et une sensibilité spécifiques à cette période de transition planétaire (voir la théorie sur les enfants « indigos » et « cristal ») ;
  • des facteurs environnementaux comme l’alimentation, les vaccins, les polluants.

Mon intention n’est pas d’aller dans le détail de ces raisons, mais d’y faire face pragmatiquement, avec un point de vue qui se situe au croisement de la psychologie et des sciences de l’énergie « subtile » qui proposent une vision de l’humain complémentaire à l’énergie « physique » perceptible de manière factuelle et communément admise.

Je propose de regrouper ces profils dans une catégorie que j’appelle « Haute Capacité de Perception » (HCP), car il existe des points communs et des différences entre tous ces profils. Certains HPI peuvent présenter des troubles émotionnels assez importants qui font d’eux de véritables hypersensibles et pourquoi pas aussi des TDAH. Ou encore, des personnes dyscalculiques, dyspraxiques, dyslexiques peuvent se révéler être des personnes avec un profil HPI en plus du profil HSP !

Chez les personnes au trait de personnalité « hautement sensible » (souvent traduit en français par hypersensibilité) on trouve, selon Elaine Aron, l’ensemble des caractéristiques psychologiques qui qualifient quelqu’un comme étant à « Haute Capacité de Perception » (HCP).

2) Quelles sont les caractéristiques de la Personnalité Hautement Sensible (HSP) ?

Dans les années 90, Elaine Aron a développé un questionnaire pour mettre en évidence le trait de personnalité qu’elle dénomme HSP, High Sensitive Person, et qui serait présent chez 20 à 30 % de la population. Pour moi, ce trait décrit bien le phénomène des HCP.

1. Voici les quatre caractéristiques principales des HSP telles qu’elle les décrit :

  • I : Les informations ont tendance à être traitées en profondeur (on ne s’arrête pas à la première solution trouvée).
  • D : Débordement (l’intensité émotionnelle peut submerger la personne).
  • E : Empathie forte (la personne peut très facilement éprouver les émotions de l’autre, se mettre à sa place, savoir quand elle a besoin d’aide).
  • S : Subtilité / complexité (la personne a une pensée en arborescence et aime bien chercher tous les détails, aspects d’une situation donnée).

2. Quelques conséquences de ce trait :

  • Il y a plus de conscience d’éléments subtils de l’environnement extérieur de même que de son propre monde intérieur.
  • Les « signaux » qui arrivent sont traités de façon plus profonde et plus complexe.
  • Les émotions et l’imagination ont plus d’intensité.
  • Les stimulants comme la caféine, la théine, l’alcool, les lumières fortes, les sons aigus, les étoffes rugueuses, etc. ont un effet plus fort.

3. Les difficultés typiques entraînées par le trait HSP sont :

  • une tendance à la rumination, l’inquiétude, « l’autostress » ;
  • une possible « timidité » ;
  • une difficulté à poser des limites à autrui « naturellement » ;
  • un état de surstimulation lors de la participation à une suite ininterrompue d’activités sociales avec autrui, au point que ça devienne insupportable, voire ressenti comme menaçant, ce qui amène la personnalité HS à décrocher de la situation, et à avoir besoin de s’isoler ;
  • un équilibre difficile à atteindre et à maintenir de façon stable entre l’extérieur et l’intérieur, entre tout ce qui l’attire à l’extérieur et son intériorité ;
  • des comportements défensifs comme le distanciement, une pseudo-froideur, une hyperrationalité, lesquels donnent à  cette personne un style apparemment non HS.
  • Pendant l’enfance : si la situation familiale lors de l’enfance est dommageable, la jeune personnalité HS en est affectée de manière plus négative et peut donc être plus à risque de développer un état de stress post-traumatique (ESPT).
  • Au travail : dans des grandes entreprises ou institutions, la personnalité HS tend à être davantage malheureuse, devient moins productive et est plus encline au burnout si elle n’est pas reconnue dans son travail ou ne peut s’y épanouir en respectant son rythme et ses besoins.

4. Les bénéfices et avantages :

La personne HS est empathique, intuitive, consciencieuse, profonde, dévouée, curieuse, créative. Cela lui donne des qualités pour être excellente conseillère, développer des réflexions élaborées et poser des liens entre des choses apparemment éloignées.

Pour Elaine Aron, reconnaître cette particularité de fonctionnement HSP, permet de reformuler/ recadrer nos expériences vécues à partir de ce trait perçu comme une qualité et un potentiel et non comme un défaut, d’exprimer nos besoins et nos limites, et de les respecter pour ensuite les faire respecter. La psychologie énergétique peut certainement aider à opérer ce recadrage cognitif de notre système de croyances en libérant les émotions associées et en permettant ainsi une intégration émotionnelle de la réalité HSP.

3) Quelles sont les caractéristiques énergétiques de la personne à Haute Capacité de Perception ?

Selon Charles Houdremont, les personnes HCP se distingueraient par des facultés de perceptions plus puissantes et plus subtiles en raison d’une configuration énergétique de leur aura et d’une fréquence vibratoire plus haute : une aura plus uniforme et plus claire, voire transparente (enfant cristal), leur lumière vibratoire serait à la fois plus « blanche » et plus intense (plus de débit de photons).

Nous pourrions comparer leur puissance à celle d’une voiture avec un moteur de formule 1 par rapport à celle d’une personne qui disposerait d’un moteur plus habituel.

De ce fait, l’adage taoïste : « là où tu mets ton esprit, ton énergie va » nous fait comprendre que les puissances énergétique, émotionnelle et mentale des personnes HCP peuvent ressembler à celle obtenue lorsque nous appuyons sur la pédale d’accélération dans une voiture de sport : l’esprit va plus vite et plus loin dans la direction qu’il a choisie, et du coup, il sort de sa zone de départ (l’être qu’il habite et au service duquel il devrait être présent).

L’autre conséquence et caractéristique est que, dans le niveau énergétique, elles peuvent se sentir mais également rendre les autres mal à l’aise, avec leur extraordinaire sensibilité et lumière. Imaginez que vous arriviez dans une pièce avec une lumière très forte en intensité (beaucoup de watts) et blanche (fréquence lumineuse blanc froid, donc plus élevée). C’est aveuglant : avec cette lumière, vous pouvez facilement voir toutes les crasses sur le sol et en suspension dans l’air. Quand les autres ne perçoivent pas, ne valident pas vos perceptions, vous éprouvez un moment de solitude ! Il est donc plus confortable de réduire votre lumière pour trouver un contact affectif avec les autres et être moins dérangé par vos perceptions…

À cela, rajoutons que la manière d’aimer dans notre monde se traduit par des liens énergétiques de fusion, de codépendance. Nous apprenons qu’être avec l’autre c’est faire « un » avec lui (fusion) en termes de bulle énergétique et nous perdons ainsi notre signature énergétique personnelle.

Les personnes HCP deviennent très emmêlées dans leur ressenti entre ce qu’elles sont et ce qu’elles vivent en raison de ces liens énergétiques avec les autres : leur système énergétique et celui des autres font « un », ils sont indifférenciés l’un de l’autre dans cet état. Les HCP sentent quelque chose qui ne va pas, mais elles peinent à en identifier l’origine !

De plus, cela les maintient dans un état vibratoire qui ne leur correspond pas et les empêche de retrouver leur essence, leur puissance, avec plus de clarté. C’est un cercle vicieux dont il est difficile de sortir : plus je suis emmêlé, plus je m’éloigne de mon essence et de ma clarté de ressenti, et plus je m’emmêle dans l’énergie avec les autres…

4) Quelques pistes pour améliorer cet état de Haute Capacité de Perception

1. Retrouver son espace intérieur

Pour retrouver plus de sérénité et de clarté, il est important que la personne HCP ramène sa présence en elle puisque son énergie s’est trop imbriquée dans les êtres, les groupes autour d’elle, les informations qu’elle a traitées et les problèmes qui lui tiennent à cœur.

Elle doit comprendre qu’il est important de « ramener son esprit en elle », c’est-à-dire revenir à la maison. Sans cela, elle ne peut faire le ménage et savoir où elle en est, ce qu’elle désire…

Pour cela je propose une série de manœuvres de l’esprit qui ont une conséquence directe énergétique sur sa présence et sa configuration énergétique. J’appelle cela l’ELI, Espace de Liberté Intérieure.

  • La première étape est de ramener son esprit ici et maintenant en soi, dans toutes ses dimensions (force centripète de notre attention dirigée vers nos sensations physiques avec l’intention de laisser l’esprit s’y glisser afin de se sentir de l’intérieur de soi et non à partir de sa tête, par exemple).
    On commence par « se mettre dans son ventre », jusqu’à ressentir la « réponse » du ventre qui se sent. Les sensations de chaleur, de densité, de lumière, de petite balle dans le ventre… sont de bonnes indications. Ensuite, le fait de prendre conscience de l’axe central dans le tronc (le canal central ou « tube » à l’intérieur et devant la colonne vertébrale) et d’attirer toute la présence dans ce tube permet de se ramener à soi avec l’intention d’inclure tous les aspects ou dimensions de soi. Enfin, à partir du centre, il est possible de laisser la présence / l’esprit remplir tout le volume du corps physique depuis l’intérieur jusqu’à ses contours et puis un peu autour (corps éthérique).
  • Dans la deuxième étape, il s’agira de poser l’intention de mettre fin aux fusions et faire sortir hors de soi ce qui n’est pas nous. On peut imaginer des petites bulles qui sortent dans toutes les directions, tout autour de soi et de plus en plus loin… ou encore, s’imaginer comme une base spatiale qui éjecte toutes les navettes hors d’elle. L’espace devient plus net et plus grand autour de soi.
    Après avoir créé cet espace plus libre dans son corps physique et autour de soi dans ses corps subtils (corps éthérique, corps émotionnel, corps mental, etc. qui composent l’aura), on peut alors couper tous les liens d’attachement autour de cet espace.
  • Enfin, dans la troisième étape, il sera bon de reconnecter son corps énergétique à la Terre (énergie tellurique) et au Ciel (énergie cosmique) et de nettoyer les racines / canaux énergétiques qui nous y connectent. La simple présence dans ces zones du corps énergétique subtil est une lumière qui nettoie ces espaces et permet d’aller au contact vers l’énergie de la Terre et celle du Ciel.

 

2. Réguler ses émotions

Une fois que les identités vibratoire et énergétique sont davantage retrouvées, il est alors plus simple de s’occuper de notre émotionnel, de notre système de pensées, de nos croyances.

La première étape sera de rester dans l’ici et maintenant et d’apprendre à traiter nos émotions en accordant du temps et de l’espace aux sensations corporelles et énergétiques qui accompagnent nos émotions.

La technique que je vous propose est une technique très simple tirée de ma méthode HEALING ARTS :  la RIE ou Respiration d’Intégration Emotionnelle.

En restant présent en soi, à ses sensations, laisser venir la présence à la respiration et aux sensations particulières physiques qui accompagnent l’état présent. Il peut s’agir de tensions, serrements, engourdissements, lumières, couleurs, pensées…

L’idée est d’inspirer en conscience en allant à l’intérieur de soi vers ces sensations et ensuite de les laisser se répandre de manière plus large vers l’extérieur de soi sur l’expiration (dans la bulle énergétique) en même temps que l’air sort du corps physique. Il s’ensuit un va-et-vient entre les sensations plus « physiques » dans le corps physique et le corps émotionnel énergétique autour de soi. Cela permet, d’une part, de donner plus de place au ressenti, de le laisser se déployer, se dérouler et, d’autre part, de permettre une régulation des émotions entre le corps physique et le corps émotionnel énergétique.

Ces techniques peuvent bien sûr être combinées avec des outils de la psychologie énergétique que l’on pratique chez IEPRA. Plus particulièrement le Self Emotional Balancing (SEB) qui permet de prendre conscience des états où le système de la personne est emmêlé avec les énergies de l’autre. Le SEB permet un processus thérapeutique et d’apprentissage à la personne, pour apaiser les blessures et conditions qui ont conduit à cette réaction à un environnement qui n’était pas compréhensif vis-à-vis de la Haute Sensibilité (et qui ne l’est peut-être toujours pas), et favorise ainsi l’établissement de bonnes habitudes d’hygiène proposées.

5) En guise de conclusion

Ceci est une initiation à ces techniques qui visent à davantage Être, à accepter sa spécificité HCP et à la développer.

Cela peut se faire dans un accompagnement avec la méthode HEALING ARTS qui vous apprend à vous gérer de manière autonome.

Accepter cette haute sensibilité et sa puissance de connexion implique de prendre soin de soi, de respecter son système énergétique et sa fréquence vibratoire. Pour cela il faut accepter de prendre le temps de se retrouver dans son corps physique et énergétique, de les sentir vivre et vibrer, de les nettoyer, tout comme le matin et le soir nous avons pris l’habitude de nous brosser les dents afin d’empêcher l’envahissement de nos dents par la plaque bactérienne. Un principe d’hygiène qui ne se pratiquait pas dans nos contrées il y a bien des années, de même que notre douche quotidienne…

Nous devons évoluer avec notre temps et nos nouvelles capacités énergétiques plus répandues aujourd’hui qu’il y a quelques dizaines d’années ou quelques siècles.

 

Claudia Ucros

 

Psychologue clinicienne
Psychothérapeute
Praticienne en MorphoHarmonie et GéobioHarmonie
Méthode Healing Arts
le35.be

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi les articles suivants

Utilisation de l’EFT pour la gestion du poids

L’histoire de l’humanité est parsemée de maladies, d’affections, de pathologies qui ont parfois décimé de larges parties de populations. Si les progrès de la science et de la médecine ont permis d’améliorer grandement la santé globale depuis le début du XXème siècle,...

Comment fonctionnent les hormones du bonheur ?

Comment fonctionnent les hormones du bonheur ?

Quel est le fonctionnement des quatre principales hormones responsables de notre bonheur ? Tout au long de cet article, vous allez découvrir les implications positives et négatives que ces hormones peuvent avoir sur nous, mais aussi le fonctionnement de notre cerveau...

restez informés de nos publications et informations

Abonnez-vous à notre newsletter

Pin It on Pinterest

Share This