Les émotions, mal-aimées de notre société ?

23 janvier 2020

[article invité] texte de Isabelle PETETIN Thérapeute Psychocorporelle. 

Vous arrive-t-il de vous sentir blessé(e) par le comportement d’un proche et de rester figé(e), ou chargé(e) de votre émotionnel, sans savoir que faire ? Ou bien au contraire de surréagir, de manière impulsive, au comportement de l’autre, compromettant la relation avec lui ? 

Peu de personnes sont à l’aise avec leurs émotions et encore moins avec celles des autres.

Être à l’aise avec ses émotions serait les ressentir, les accueillir dans son corps et faire de sorte qu’elles circulent à travers lui, sans se décharger sur les autres.

Les enfants jusqu’à 3 ans savent très bien le faire… si on les laisse faire (tout en restant présent(e) auprès d’eux pour assurer leur protection), ils pleurent, rient, crient, gesticulent et peuvent même se rouler par terre et taper des pieds et des mains pour évacuer leur stress. Ils savent  naturellement qu’il ne faut pas garder leurs émotions et ils la font circuler par le mouvement du corps. C’est leur manière de se réguler émotionnellement.

Plus grands et a fortiori adultes, il n’est plus possible d’agir ainsi dans notre société.

La tendance de notre société est donc devenue, au contraire, de tout bloquer en soi, de réprimer les émotions et de juger les expressions émotives. Peur des émotions.

C’est la principale cause de nos mal-être et aussi de nos maladies physiques et  psychologiques. C’est aussi la principale cause des difficultés relationnelles, dans le couple en particulier, et de la violence de notre société, car les émotions réprimées finissent par sortir de manière inadaptée, voire asociale.

Il est de plus en plus question d’hypersensibilité, d’hyperémotivité, et les personnes qui consultent pour ce motif portent (au départ) une mésestime d’elles-mêmes du fait de leurs émotions jugées « mal gérées ».

Comment changer notre vision des émotions ?

Il faut comprendre qu’exprimer ses émotions permet de s’en libérer et de retrouver le vivant en soi. La vie est énergie et information. Les émotions sont aussi de l’énergie. Ce n’est ni bien ni mal. C’EST. 

Par ce biais, notre corps nous signale que nous sommes affectés par quelque chose de notre
environnement. Et que l’énergie ne circule plus librement dans notre corps. Le corps est donc notre ami qui nous dit que nos vieilles croyances, nos blessures d’enfance ont été réveillées… Chouette occasion de se libérer un peu plus ! (Bon, quand on a le « nez dans le guidon », on ne voit pas toujours le côté « chouette » !)

Plus nous aurons cette écologie intérieure qui consiste à prendre soin d’évacuer ses toxines émotionnelles, plus nous aurons accès à l’amour et à la joie, sentiments constituant notre essence véritable. C’est prendre soin du vivant en soi et ce devrait être notre PHARE.

Comment s’apaiser émotionnellement ?

La tristesse, la peur, la colère, la haine, l’inquiétude et leurs dérivés (honte, culpabilité, dégoût…) sont les émotions dont il est question. 

Quelques clés pour s’apaiser :

  • Il est préférable de se libérer de son émotion avant de parler à celui/celle qui a déclenché la réaction émotionnelle.
  • Parfois, il suffit de respirer profondément, de s’écouter, de s’accueillir dans son émotion : la nommer. Par exemple, « je me sens rejetée » peut suffire pour que le « ballon de baudruche » (la tension intérieure) se dégonfle.  
  • Parfois, un câlin, un toucher bienveillant, peut suffire.
  • Aller marcher dans la nature, courir, danser… avec l’intention d’évacuer son stress.
  • Crier sa colère, si l’environnement le permet (et non pas se décharger sur l’autre).
  • Rire est également un bon libérateur.
  • Des techniques de libération émotionnelle, telles que l’EFT(1) ou TIPI(2) peuvent faire circuler énergétiquement l’émotion. Elles sont simples à apprendre, même les enfants les adoptent. La technique de l’EFT permet de découvrir et donner sens à des événements qui ont parfois des racines très anciennes. Elle agit par de doux tapotements sur les points référencés en acupuncture, associés à une parole relative au trouble émotionnel.
  • La cohérence cardiaque est une auto-pratique de gestion du stress et de ses émotions. À partir de l’état de cohérence cardiaque, la méthode du  Self Emotional Balancing©, SEB,  va plus loin encore : elle permet de mettre les émotions en contact avec l’espace de compassion de notre cœur pour les dissoudre.
  • Pratiquer la méditation permet à un méditant exercé d’accéder dans l’espace en soi où il n’y a pas d’émotions. Citons :

– La méditation de pleine conscience.
– Deux pratiques taoïstes  millénaires : la méditation des sons des organes, pratique qui se sert de la vibration des sons pour aider les organes du corps à transformer leurs émotions dites négatives (peur, colère, haine…) en émotions dites positives (douceur, bonté, amour…), et celle de l’orbite microcosmique, pratique avancée d’auto-guérison. Ces deux pratiques rétablissent la bonne circulation énergétique dans le corps. 

Par  toutes ces pratiques, nous pouvons apprendre véritablement à nous apaiser nous-mêmes.

Et si ça ne suffit pas ?

Si la personne se sent envahie par son émotionnel, il peut être avisé qu’elle consulte  un thérapeute  pour apaiser sa souffrance et, à terme, devenir émotionnellement autonome.

Si l’état est consécutif à un traumatisme, des techniques brèves spécifiques, IMO(3), EMDR(4),  SEB(5), TRE(6), Remap®(7), sont à privilégier avec des professionnels de ces techniques.

Consulter un thérapeute peut être une opportunité de créer une vie plus belle pour soi et donc aussi pour ses proches.

Pour en savoir plus : mon site www.psychotherapie-pres-bellegarde-sur-valserine.com


Isabelle PETETIN Thérapeute Psychocorporelle.           

Isabelle Petetin  

 

(1) Emotional Freedom Techniques
(2) Technique d’Identification des Peurs
(3) Intégration Mouvements Oculaires
(4)Eye Movement Desensitization and Reprocessing
(5) Self Emotional Balancing
(6) Trauma Releasing Exercises
(7)Reed Eye Movement Acupressure Psychotherapy             

 

9 Commentaires

  1. Mille

    Merci pour ce très bon article qui donne un bon éclairage sur les techniques de « libéralisation des émotions ». Je rajouterai le Yoga dans les techniques qui permettent une meilleure circulation de l’énergie dans le corps et un alignement entre le corps et l’esprit. Pour ma part, la pratique du Yoga me permet de me retrouver comme un enfant sur un tapis et d’évacuer toutes tensions (émotionnelles et physiques). Je conseille vivement à tous d’essayer !

  2. Jep

    Merci Isabelle Petetin pour ce partage, c’est un magnifique travail utile à notre société👏

  3. Michèle Baudron

    Merci Isabelle pour ton bon article clair, sur la gestion des émotions perturbatrices, tellement importantes à apprivoiser

  4. Annaick HAULLE

    Merci pour cet article très complet et très utile !

  5. Murielle

    Lu avec intérêt! Je vais tester la pratique!😊🙏

  6. Tsaey

    Article très intéressant. Cela rejoins notre vision du bien-être

  7. Fabiana

    Un Grand Bravo 👏🏼 👏🏼 Chère Isa pr cet article très complet avec une palette de précieux outils à disposition pr la libération des émotions! 🤩 Merci pr ce magnifique partage 🙏🙏 et pour tout ce que tu apportes au Monde en étant TOI… 🤩😍🤩 T’embrasse fort 🤗😘🤗

  8. Antonin

    Article intéressant ! Je ne connaissais pas la méthode TIPI. J’irai la découvrir avec beaucoup de curiosité 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi les articles suivants

Les “Live” de iepra

Live du 3 avril 2020 Le moment bien-êtreLive du 6 avril 2020  Live du 1 avril 2020 Je suis cool, pourquoi suis-je fatigué.e?Live du 31 mars 2020 et quand la vie reprend...Live du 30 mars 2020 Le moment de se faire du bienLive du 28 mars 2020Live du 27 mars 2020...

L’accompagnement des enfants anxieux

Par Yves Wauthier-Freymann Quelles sont les origines de l’angoisse chez les enfants ? La thématique des enfants anxieux me tient à cœur parce que j’ai été moi-même un enfant maltraité, ma famille avait une histoire compliquée. J’ai observé qu’il y avait plusieurs...

restez informés de nos publications et informations

Abonnez-vous à notre newsletter

Share This