Études et articles de synthèse sur la psychologie énergétique

16 novembre 2020
j

Auteur: iepra

Traduction automatique du document de l’ACEP : “Energy Psychology Studies & Review Articles with Abstracts”
https://cdn.ymaws.com/www.energypsych.org/resource/resmgr/research/EP_Studies_with_Abstracts_Ch.pdf

Études et articles de synthèse sur la psychologie énergétique

Cette section contient des résumés d’études de recherche et d’articles de synthèse dans le domaine de la psychologie énergétique, publiés dans des revues de langue anglaise à comité de lecture, par ordre chronologique inverse.

2020
Mis à jour en août 2020


Baghini, A., Mohammadtehrani, H., Behbodi, M. Kiamanesh, A.R. (2020). Comparison of effectiveness of Eye Movement Desensitization and Reprocessing, Cognitive Behavioral Therapy, and Emotional Freedom Technique in reducing anxiety in patients with post-traumatic stress disorder. Quarterly of Applied Psychology, 13(4), 625-650. https://www.sid.ir/en/Journal/ViewPaper.aspx?ID=709138

Objectif : Cette étude avait pour but de déterminer et de comparer les trois effets thérapeutiques de la désensibilisation et du retraitement des mouvements oculaires (EMDR), de la thérapie cognitivo-comportementale (CBT) et de la technique de libération émotionnelle (EFT) pour réduire l’anxiété des patients souffrant de stress post-traumatique (PTSD).

Méthode : La méthode était quasi-expérimentale avec trois groupes expérimentaux, un groupe témoin et un pré-test, un post-test et un suivi de deux mois. La population statistique était de 486 patients référés à l’hôpital de neurologie et de psychiatrie de Kerman en 2018. 60 hommes ont été sélectionnés selon une méthode d’échantillonnage volontaire et répartis au hasard dans quatre groupes de 15 personnes. Dans le groupe 1, six séances de 45 minutes d’EMDR Shapiro en solo (2014) ont été réalisées. Dans le groupe 2, six sessions de 60 minutes de CBT de Dugas & Robichaud (2007) ont été réalisées. Et dans le groupe 3, six sessions de 60 minutes d’EFT solo de Church (2014) ont été réalisées. Les quatre groupes ont réalisé en trois étapes l’inventaire d’anxiété de Spielberger, Gorsuch, Lushene, Vagg & Jacobs (1983). Les données ont été analysées à l’aide d’une analyse de variance mixte.

Résultats : Les résultats du groupe 1 ont montré qu’au niveau de confiance de 99%, l’anxiété d’état (F = 42. 36) et le trait (F = 12. 66), dans le groupe 2, l’anxiété d’état (F = 5. 38) et le trait et dans le groupe 3, l’anxiété d’état (F = 15. 23) et le trait (F = 18. 50) ont été réduits. Cet effet est resté stable au stade du suivi. De plus, parmi les trois méthodes, l’EMDR était plus efficace sur l’anxiété d’état que les deux autres interventions (p= 0,015).

Conclusion : Comme les trois méthodes peuvent améliorer les stratégies comportementales en influençant les pensées irrationnelles et la libération des émotions, elles constituent des moyens efficaces de réduire l’anxiété chez les patients souffrant de SSPT.


Church, D., Stapleton, P., Kip, K. et Gallo, F. (2020).  Corrigendum to : Le tapotement sur les points d’acupuncture est-il un ingrédient actif des techniques de libération émotionnelle : A Systematic Review and Meta-Analysis of Comparative Studies. Journal of Nervous and Mental Disease, 208(8), 632-35. doi : 10.1097/NMD.0000000000001222

Nous avons publié dans cette revue une méta-analyse des essais de composants des techniques de liberté émotionnelle (EFT). L’EFT est une méthode basée sur des preuves, validée dans plus de 100 essais cliniques, qui utilise des tapotements du bout des doigts sur les points d’acupression en conjonction avec des techniques d’exposition et de thérapie cognitive. La méta-analyse a examiné six études dans lesquelles un contrôle actif, tel que la respiration diaphragmatique ou des points d’acupression fictifs, a été utilisé au lieu de tapoter sur les points d’acupression réels. L’objectif de la méta-analyse était de déterminer si les tapotements étaient un ingrédient inerte ou actif dans les effets observés des traitements EFT. Suite à la publication, des erreurs dans l’analyse statistique ont été identifiées, principalement des valeurs d’écart-type incorrectes, et notre approche méthodologique a été remise en question par d’autres. Nous avons donc fait refaire la méta-analyse par un statisticien senior indépendant qui a comparé les résultats avant et après le suivi afin de déterminer les effets durables du traitement. Les effets fixes cumulés ont révélé que la valeur g de Hedge était de 0,73 (intervalle de confiance à 95% = 0,42-1,04, p < 0,0001). Les effets aléatoires correspondants La valeur g de Hedge est de 0,74 (intervalle de confiance à 95 % = 0,34-1,13, p < 0,0001).

Nous avons également revu et clarifié notre méthodologie. En conclusion, malgré les erreurs de calcul dans notre publication originale, la présente analyse révisée soutient la conclusion initiale selon laquelle la composante acupression du protocole EFT est un ingrédient actif qui contribue aux effets favorables de la méthode sur la santé.


Friedman, P. H. 2020. Équilibre de vie, stabilité émotionnelle, bien-être et éveil spirituel Partie 2 : Des échelles plus courtes et une approche du changement basée sur des preuves en psychothérapie.

International Journal of Healing and Caring, 20(1), 1-29.

Cet article est un article de recherche clinique basé principalement sur la pratique de la psychothérapie de l’auteur. Il met à jour et raccourcit la Friedman Life Balance Scale (FLBS) et ses sous-échelles, la Friedman Spiritual Awakening Scale (FSAS) et ses sous-échelles et la Friedman Mini-5 Factor Scale ou FM5FS (qui comprend une sous-échelle de stabilité émotionnelle) introduite pour la première fois dans le numéro de janvier 2018 de l’IJHC. L’article montre comment utiliser la FLBS et ses sous-échelles, la FSAS et ses sous-échelles et la mini-échelle à 5 facteurs de Friedman pour suivre les changements dans le temps pendant la psychothérapie, séance par séance. Il démontre également les trajectoires de changement, séance par séance, chez les 3 premiers clients qui ont suivi 15 séances de thérapie avec ces échelles et un certain nombre d’autres échelles de bien-être, d’affect, de symptômes de stress, de dépression, d’anxiété et d’obsession. Enfin, il montre comment utiliser les commentaires des clients et l’utilité perçue dans le cadre d’une approche intégrée de psychothérapie fondée sur des preuves pour suivre le changement.


Gaesser, A. H. (2020). Techniques de liberté émotionnelle : Gestion du stress et de l’anxiété pour les étudiants et le personnel en milieu scolaire. Dans C. Maykel & M. A. Bray (Eds.), Applying psychology in the schools. Promouvoir la santé du corps et de l’esprit dans les écoles : Interventions for mental health professionals (pp. 283-297). Washington, DC, États-Unis : American Psychological Association. http://dx.doi.org/10.1037/0000157-020

L’EFT (Emotional Freedom Techniques), plus connue sous le nom de tapotement, est une intervention émergente, basée sur la recherche, qui s’est avérée être efficace contre le stress et l’anxiété outil de gestion pour les étudiants et le personnel scolaire. L’EFT utilise des techniques de thérapie cognitivo-comportementale, telles que la prise de conscience, l’exposition imaginaire, le recadrage de l’interprétation et la désensibilisation systématique, tout en apprenant à l’individu à s’auto-stimuler sur des points d’acuponcture identifiés par le protocole. L’utilisation de l’EFT avec les enfants et les adolescents est relativement nouvelle, et par conséquent, les recherches sur son efficacité sont limitées. Au cours de la dernière décennie, les premiers résultats ont indiqué que l’EFT aide les étudiants à réduire l’anxiété et la peur de l’échec et à améliorer l’estime de soi et la compassion en quelques séances. Ce chapitre examine les recherches pertinentes sur l’EFT et l’utilisation de l’EFT avec les enfants et les adolescents d’âge scolaire. De plus, il aborde l’importance d’une formation formelle en EFT pour les praticiens scolaires et les considérations éthiques.


Inangil, D., Vural, P., Dogan, S. Korpe, G. (2020). Efficacité de la musicothérapie et de l’Emotional Freedom Technique sur l’anxiété de test chez les étudiants turcs en soins infirmiers : Un essai contrôlé randomisé. European Journal of Integrative Medicine, 33. https://doi.org/10.1016/j.eujim.2019.101041

Introduction : L’anxiété de test, une des formes d’anxiété situationnelle, est un facteur biopsychologique crucial qui affecte négativement le bien-être et les performances académiques des étudiants tout au long de leur éducation. L’étude visait à déterminer les effets de la musicothérapie et de l’EFT (Emotional Freedom Technique) sur l’anxiété situationnelle et les signes vitaux des étudiants en soins infirmiers avant qu’ils ne passent un ECOS (examen clinique objectif structuré).

Méthodes : Cette étude a été menée avec 90 étudiants volontaires. Un générateur de nombres aléatoires basé sur ordinateur a été utilisé pour répartir les étudiants au hasard en trois groupes (Musique, EFT et contrôle), chaque groupe étant composé de 30 étudiants. Les données ont été recueillies à l’aide d’un formulaire d’identification des étudiants, de l’échelle d’anxiété situationnelle et du formulaire des signes vitaux.

Résultats : Avant les interventions, les scores moyens d’anxiété des élèves étaient similaires. Après les interventions, cependant, les scores moyens d’anxiété des deux groupes expérimentaux étaient significativement plus faibles (p < 0,05). La différence entre les signes vitaux moyens des groupes n’était pas statistiquement significative, à l’exception de la fréquence du pouls en EFT et de la saturation en oxygène des capillaires périphériques (SpO2) dans le groupe musique.

Conclusions : Selon les résultats de l’étude, la musicothérapie et l’EFT ont toutes deux entraîné une diminution des soins infirmiers.


Kalla M., Simmons M., Robinson A., Stapleton P. (2020). Donner un sens aux maladies chroniques en utilisant les techniques de liberté émotionnelle (EFT) : Une vision existentielle de la maladie. Explore ; S1550- 8307(20)30112-9. doi:10.1016/j.explore.2020.03.006

Objectif : Cet article explore les significations symboliques personnelles des patients atteints de maladies chroniques, telles qu’elles ressortent de leur expérience de la thérapie par les techniques de liberté émotionnelle (EFT). La présente étude fait partie d’une étude plus vaste qui a exploré les expériences des patients atteints de maladies chroniques et des praticiens de l’EFT en matière d’utilisation de l’EFT pour soutenir les soins de santé liés aux maladies chroniques.

Conception : Huit patients atteints de maladies chroniques qui ont reçu l’EFT ont été interviewés pour cette étude. Les entretiens semi-structurés ont été menés en face à face, par téléphone ou par la plateforme de vidéoconférence en ligne Zoom. Les entretiens ont été transcrits mot pour mot et les données ont été analysées selon la méthodologie de l’analyse phénoménologique interprétative.

Résultats : Trois thèmes sont ressortis, à savoir la maladie en tant qu’incarnation de problèmes émotionnels non résolus ; la maladie en tant qu’appel du corps à un temps d’arrêt et à l’attention ; et la maladie en tant que frontière par rapport aux autres personnes.

Conclusion : L’EFT est une approche thérapeutique prometteuse pour aider les patients atteints de maladies chroniques à donner un sens à leur histoire et à leur vécu, et par conséquent, à donner une signification symbolique aux maladies. L’exploration de la symbolique et de la signification des maladies peut offrir une valeur thérapeutique aux patients, tant du point de vue existentiel que des comportements de santé.


Kwak, H. Y., Choi, E. J., Kim, J. W., Suh, H. W., & Chung, S. Y. (2020). Effet des techniques de liberté émotionnelle sur les symptômes de la colère chez les patients de Hwabyung : Une comparaison avec la technique de relaxation musculaire progressive dans un essai pilote contrôlé et randomisé. Explore, 16(3), 170-177. https://doi.org/10.1016/j.explore.2019.08.006

Contexte : Le Hwabyung est une maladie psychosomatique résultant de la suppression de la colère sur une longue période. Les techniques de liberté émotionnelle (EFT) sont une psychothérapie basée sur les méridiens connue pour guérir de nombreuses maladies psychosomatiques, et la relaxation musculaire progressive (PMR) est une méthode thérapeutique qui soulage les tensions physiques et psychologiques par la tension et la relaxation répétées des muscles.

Objet : Dans cette étude, nous avons comparé les effets de l’EFT et de la PMR chez des patients atteints de Hwabyung.

Conception : 40 patients ont été enrôlés et randomisés pour recevoir 4 semaines de séances de groupe avec soit l’EFT (n = 20) soit la PMR (n = 20). Des évaluations ont été menées avant et après le traitement et lors de suivis de 4 semaines et de 24 semaines après la fin de la session.

Principales mesures des résultats : L’échelle Hwabyung, l’échelle visuelle analogique des symptômes Hwabyung (EVA-HS), l’inventaire de dépression de Beck (BDI), l’inventaire d’anxiété du portrait d’état (STAI) et l’inventaire d’expression de la colère du portrait d’état (STAXI) ont été utilisés comme outils d’auto-évaluation. L’analyse a exclu 8 patients qui n’ont jamais suivi de traitement et 1 patient répondant aux critères d’exclusion.

Résultat : L’EFT (n = 15) et la PMR (n = 16) ont amélioré les symptômes de Hwabyung (-13,95% et -11,46%, respectivement), l’anxiété d’état (-12,57% et -12,64%, respectivement) et la dépression (-32,11% et -18,68%, respectivement) (p < 0,05 pour tous). La colère de trait s’est améliorée dans le groupe EFT (-13,4 %, p = 0,004). Il n’y a pas eu de différences significatives entre les groupes (p > 0,05), sauf pour la colère de trait au moment du post-traitement (p = 0,022 pour l’ensemble des groupes). Aucun événement indésirable n’a été signalé au cours de l’étude.


Mavranezouli, I., Megnin-Viggars, O., Daly, C., Dias, S., Stockton, S., Meiser-Stedman, R., Trickey, D. et Pilling, S. (2020). Psychological and psychosocial treatments for children and young people with post-traumatic stress disorder : a network meta-analysis. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 61(1), 18-29. https://doi.org/10.1111/jcpp.13094

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) est un trouble potentiellement chronique et invalidant qui touche une minorité importante de jeunes exposés à un traumatisme. Des études antérieures ont conclu que la thérapie cognitivo-comportementale axée sur les traumatismes (TF-CBT) est un traitement efficace du SSPT chez les jeunes, mais les forces relatives des différentes thérapies psychologiques sont mal comprises.

Les méthodes : Nous avons entrepris une revue systématique et des méta-analyses en réseau des interventions psychologiques et psychosociales pour les enfants et les jeunes souffrant de PTSD. Les résultats comprennent les scores de changement des symptômes du SSPT après le traitement et au bout de 1 à 4 mois de suivi, ainsi que les scores de rémission après le traitement.

Résultats : Nous avons inclus 32 essais de 17 interventions et 2 260 participants. Dans l’ensemble, les résultats étaient de qualité moyenne à faible. Aucune incohérence n’a été détectée entre les résultats directs et indirects des preuves. Les formes individuelles de TF-CBT ont montré des effets importants et constants dans la réduction des symptômes du SSPT après le traitement par rapport à la liste d’attente. L’ordre des interventions par ordre décroissant d’importance de l’effet par rapport à la liste d’attente était le suivant : thérapie cognitive pour le SSPT (SMD -2,94, 95%CrI -3,94 à -1. 95), thérapies somatiques/cognitives combinées, psychothérapie enfant-parent, formation combinée TF-CBT/parent, méditation, exposition narrative, exposition/exposition prolongée, thérapie par le jeu, TF-CBT Cohen/thérapie de traitement cognitif (TCC), désensibilisation et retraitement des mouvements oculaires (EMDR), formation parentale, TF-CBT de groupe, conseil de soutien et thérapie familiale (SMD -0,37, 95%CrI -1,60 à 0,84). Les résultats pour la formation des parents, le conseil de soutien et la thérapie familiale n’ont pas été concluants. La formation des parents, le groupe TF-CBT, le conseil de soutien et la thérapie familiale n’ont pas donné de résultats concluants. Les résultats concernant l’évolution des symptômes du SSPT au moment du suivi et de la rémission après le traitement étaient incertains en raison du peu de données disponibles.

Conclusions : La thérapie cognitivo-comportementale axée sur les traumatismes, en particulier les formes individuelles, semble être la plus efficace dans la gestion du SSPT chez les jeunes. L’EMDR est efficace, mais dans une moindre mesure. Le conseil de soutien ne semble pas être efficace. Les résultats suggèrent un effet positif important pour la technique de liberté émotionnelle, la psychothérapie enfant-parent, la formation combinée TF-CBT/parent et la méditation, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats car ils sont basés sur des preuves très limitées.


Mitchell, J. & Chatzidamianos, G. (2020). Emotional Freedom Techniques-how to make it mainstream ; a thematic analysis of practitioners’ views. Energy Psychology Journal, 12(1). doi 10.9769/EPJ.2020.12.1.JM

Contexte : Les techniques de liberté émotionnelle (EFT) sont proposées comme une thérapie efficace pour le traitement des problèmes de santé mentale courants. Elle a toutefois fait l’objet de critiques et n’est pas actuellement considérée comme une option de traitement classique pour des affections telles que l’anxiété ou les traumatismes. Inversement, la thérapie cognitive du comportement (TCC) et la désensibilisation et le retraitement des mouvements oculaires (EMDR) ont tous deux été reconnus pour avoir progressé vers le statut de traitement classique, mais l’EFT est toujours perçue comme une option de traitement alternative malgré les preuves de son efficacité, dans plus de 100 essais cliniques et 40 revues de recherche et méta-analyses.

Objectifs : En examinant les points de vue de praticiens formés, ce projet visait à explorer les obstacles et les facilitateurs qui empêchent l’EFT de devenir une option de traitement courante dans le Service national de santé (NHS) du Royaume-Uni pour les problèmes de santé mentale courants.

Méthode : Des entretiens semi-structurés ont été menés (N=12) pour explorer les points de vue des praticiens de l’EFT.

Les transcriptions ont ensuite été soumises à une analyse thématique.

Résultats : L’analyse des points de vue des participants a permis de dégager trois thèmes : (1) la recherche comme un atout et un défi, (2) les perceptions du public sur l’EFT comme modalité thérapeutique, et (3) les normes de formation en EFT. Ces thèmes sont perçus comme étant liés entre eux dans le processus de généralisation de l’EFT. Les résultats de cette étude indiquent qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches et de diffuser plus largement les résultats afin de sensibiliser le public et les membres de la profession médicale à l’EFT en tant qu’intervention d’appoint potentiellement bénéfique.

Il est important que la formation des thérapeutes EFT soit améliorée et standardisée.

Implications : Sur la base des résultats, une série de recommandations sont discutées qui visent à lever les obstacles identifiés.


Seidi P., Jaff D., Connolly S., Hoffart A. (2020). L’application de la thérapie cognitivo-comportementale et thérapie de champ de pensée dans la région du Kurdistan d’Irak : Une étude rétrospective d’une série de cas sur les interventions en santé mentale dans un contexte d’instabilité politique et de conflits armés. Explore, S1550- 8307(20)30210-X. doi:10.1016/j.explore.2020.06.003

Contexte : La violence de masse, les atrocités et les bouleversements politiques ont affecté la prospérité et la santé psychologique du peuple irakien. Les habitants de la région de Garmian, dans la région du Kurdistan d’Irak, sont parmi les plus touchés. Bien qu’il y ait un besoin urgent d’interventions en matière de santé mentale dans cette région, les ressources en santé mentale sont rares, et seul un petit pourcentage de la population qui en a besoin reçoit des soins de santé mentale. Malgré la charge élevée des maladies mentales et la demande générale de services sociaux et psychologiques de la part de la communauté et des autorités locales, les interventions efficaces, validées et rentables, adaptées aux problèmes culturels et sociaux, sont rares. Cette étude rétrospective d’une série de cas, qui se fonde sur les expériences de l’auteur principal dans la région de Garmian, vise à décrire les résultats de l’utilisation de deux interventions en matière de santé mentale, la thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie du champ de la pensée.

Méthodes et résultats : Les dossiers de 31 clients répondant aux critères de l’étude ont été sélectionnés par échantillonnage raisonné. Les résultats ont montré que, sur les 13 clients qui ont bénéficié de la thérapie cognitivo-comportementale, l’un d’entre eux s’est amélioré et les autres n’ont montré aucun changement dans leurs symptômes, une détérioration des symptômes ou ont abandonné le traitement. Les 11 clients qui ont reçu uniquement la thérapie du champ de la pensée ont montré une amélioration de leurs symptômes. Sept clients qui ont reçu une thérapie cognitivo-comportementale et qui n’ont montré aucune amélioration ont reçu une thérapie de champ de pensée et ont finalement montré une amélioration. Bien que les résultats de l’expérience préliminaire de la thérapie par le champ de la pensée dans la communauté Garmian soient encourageants, il est nécessaire de mener des essais contrôlés randomisés avec des suivis et de comparer la thérapie par le champ de la pensée à d’autres approches thérapeutiques pour étayer ces résultats.

Conclusion : Nous avons constaté que la thérapie du champ de la pensée avait des résultats positifs dans la réduction des troubles de l’anxiété et des symptômes liés aux traumatismes, par rapport à la thérapie cognitivo-comportementale.


Spielmans, G ; Rosen, G. ; Spence-Sing, T. (2020). Exploiter une méta-analyse trompeuse. Journal of Nervous and Mental Disease, 208(8), 628-631. doi : 10.1097/NMD.0000000000001181

La méta-analyse de Church et al. sur trois études a prétendu soutenir la spécificité du tapotement des points d’acuponcture comme technique thérapeutique dans le traitement des problèmes de santé mentale. Cependant, notre analyse critique a révélé des problèmes méthodologiques importants et des analyses statistiques inexactes, qui rendent leurs résultats invalides. Plus précisément, 1) deux des études incluses n’incluaient pas de participants ayant des problèmes de santé mentale documentés ; 2) deux des études incluses n’isolaient pas spécifiquement l’effet du tapotement du point d’acuité ; 3) les justifications claires des mesures sélectionnées n’étaient pas fournies ; 4) les groupes de comparaison n’étaient pas des thérapies de bonne foi ; 5) les allégeances des chercheurs et des thérapeutes n’étaient pas contrôlées ; et 6) la sélection des études incluses a pu être biaisée. En outre, notre tentative de reproduire leurs résultats a échoué ; nous avons constaté que le tapotement des points d’acuponcture ne s’est pas révélé meilleur que les groupes de comparaison : k = 3 études, d = -0,38 (intervalle de confiance de 95%, 0,10 à -0,87), p = 0,12. Nous concluons que la méta-analyse de Church et al. n’a en fait trouvé aucun avantage spécifique en matière de santé mentale pour le tapotement des points d’acuponcture.


Stapleton, P., Clark, A., Sabot, D., Carter, B, & Leech, K. (2020). Portion perfection and Emotional Freedom Techniques to assist bariatric patients post surgery : Une étude randomisée essai de contrôle. Heliyon, 6(6). https://doi.org/10.1016/j.heliyon.2020.e04058

Bien que des améliorations significatives de la santé soient indiquées par la perte de poids suite à une chirurgie bariatrique, de nombreuses personnes sont incapables de perdre du poids ou de maintenir leur perte de poids. L’étude actuelle vise à évaluer si les soins post-chirurgicaux comprenant des techniques de liberté émotionnelle (EFT), une intervention de psychologie énergétique émergente, combinée à un plan alimentaire basé sur le comportement et le contrôle des portions dans une prestation autoguidée en ligne, aideraient à la perte de poids et au maintien du poids chez les patients obèses.

Méthodes : Un essai contrôlé randomisé en groupes parallèles sur une période de 6 mois. Les participants (N = 343 ; âgés de 21 à 69 ans ; IMC ≥30 kg/m2) avaient subi une chirurgie bariatrique (12 + mois auparavant) et ont été répartis au hasard dans l’un des trois groupes de traitement : Portion Perfection for Bariatric Patients (PPBP ; n = 109), PPBP combiné à un traitement EFT en ligne de huit semaines à un rythme personnel (n = 107), et un contrôle du traitement habituel (TAU) (n = 127). Les participants ont effectué des mesures de l’IMC, de l’alimentation émotionnelle, de l’alimentation non contrôlée, des envies de nourriture et de l’estime de soi à 8 semaines après le traitement (n = 158) et à 6 mois de suivi (n = 109).

Résultats : Des analyses de variance de conception mixte ont été menées pour examiner l’effet des interventions sur les mesures des résultats (pré-intervention, 8 semaines après l’intervention et suivi de 6 mois). L’alimentation émotionnelle a diminué de manière significative de la pré-intervention à la post-intervention pour les groupes PPBP et PPBP avec EFT, et au suivi de 6 mois pour le groupe TAU seulement. Aucune différence statistiquement significative n’a été observée entre les groupes pour les autres variables de résultats. Cependant, après 6 mois, le groupe PPBP avec EFT a connu les plus grandes améliorations en matière d’alimentation émotionnelle (-16,33%), d’alimentation non contrôlée (-9,36%) et d’estime de soi (+4,43%), par rapport au PPBP uniquement ou à l’UAT.

Conclusion : L’effet de l’EFT combiné au plan d’alimentation sur les variables psychologiques était largement incompatible avec les recherches antérieures et nous discutons de la manière dont cela pourrait être optimisé dans les futurs essais.


Stapleton, P., Crighton, G., Sabot, D., & O’Neill, H. M. (2020). Réexamen de l’effet des techniques de liberté émotionnelle sur la biochimie du stress : A randomized controlled trial. Psychological trauma, 10.1037/tra0000563. https://doi.org/10.1037/tra0000563 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32162958

Objectif : Dans une réplique directe de Church, Yount, et Brooks (2012), cette étude a examiné les changements dans la biochimie du stress et les symptômes de détresse psychologique chez 53 participants répartis au hasard dans l’une des trois interventions de groupe de 60 minutes : Techniques de liberté émotionnelle (EFT), psychoéducation (PE), et aucun traitement (NT). L’évaluation des symptômes 45 (SA-45) a été utilisée pour évaluer les symptômes de détresse psychologique.

Méthode : Des tests salivaires de cortisol ont été administrés 30 minutes avant et après l’intervention pour tester les niveaux de cortisol. L’étude originale de Church et al. indique que le groupe EFT a montré des améliorations statistiquement significatives de l’anxiété (-58,34%, p < .05), de la dépression (-49,33%, p <.002), la gravité globale des symptômes (-50,5 %, p < 0,001) et l’étendue des symptômes (-41,93 %, p <.001). Le groupe a également connu une baisse significative du cortisol (-24,39 %) par rapport au groupe PE (-14,25 %) et au groupe NT (-14,44 %).

Résultats : Les résultats actuels indiquent que le groupe EFT a connu une diminution significative du cortisol supérieure à celle de l’étude originale (-43,24%, p < 0,05), mais ces résultats ne sont pas reflétés par les rapports subjectifs de détresse psychologique. La réduction du cortisol dans le groupe EFT était significativement différente de celle du groupe PE (-19,67 %), et comme prévu, le niveau de cortisol détecté après le traitement dans le groupe EFT était inférieur à celui du groupe NT (2,02%) ; cependant, il n’y a pas eu de différence statistiquement significative entre les deux groupes. En outre, aucune amélioration significative de la réduction du cortisol n’a été constatée dans les groupes NT et PE.

Conclusions : Les résultats soutiennent l’étude originale indiquant que l’EFT est un traitement bref efficace et efficient pour réduire les marqueurs biologiques du stress.


Xanthou, A. (2020). L’efficacité de l’EFT – Emotional Freedom Techniques chez les personnes souffrant de phobies. Dialogues in Clinical Neuroscience and Mental Health, 3(1). https://doi.org/10.26386/obrela.v3i1.173.

Cette recherche est une étude qualitative qui examine l’expérience, les symptômes et les difficultés rencontrés par les personnes souffrant de phobies et l’efficacité de l’EFT – Techniques de libération émotionnelle comme méthode de traitement. Sept personnes ayant reçu une séance EFT pour leur phobie ont participé à cette enquête. Pour les entretiens des participants, le chercheur a utilisé un guide d’entretien semi-structuré et la méthode d’analyse phénoménologique de l’interprétation pour traiter les données. Les résultats ont montré que l’EFT est une méthode de traitement et d’auto-assistance significative et efficace, avec toute une série d’effets, éventuellement associés à divers facteurs. De manière spécifique et pratique, trois personnes ont fait état d’un traitement complet et immédiat, d’autres ont mentionné une amélioration à des degrés divers, tandis qu’une personne n’a fait aucun commentaire. Cette étude a pour but de contribuer au déficit bibliographique sur la recherche qualitative concernant la méthode EFT. Les résultats pourraient avoir des extensions significatives liées à l’amélioration individualisée et à l’application de l’EFT comme méthode thérapeutique.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi les articles suivants

L’attachement dans la relation thérapeutique

L’attachement dans la relation thérapeutique

La création et la préservation d'un lien thérapeutique avec des patients dont l'aptitude à être en lien se veut très complexe, demandent au thérapeute d'autres compétences que de basiques « qualités humaines ». Les relations d'attachement précoce sont le noyau de la...

restez informés de nos publications et informations

Abonnez-vous à notre newsletter

Pin It on Pinterest

Share This